Une enquête qui a porté sur 12500 salariés, répartis dans 17 pays, publiée sur le site de « France Info » le 29 février 2016, montre que la France est dernière sur le plan de la motivation de ses salariés.

D’une manière générale, la motivation est plus forte dans les pays émergents (Inde, Chine, Mexique, Afrique du Sud) que dans les pays d’Europe (Belgique, Espagne, France). Dans ces pays, en effet, le pourcentage de salariés très engagés varie de 10 à 28% alors qu’en Europe, il oscille entre 5 et 7%. Le pourcentage de salariés fortement désengagés s’y situe entre   4 et 10 % alors qu’en Europe, il va de 14 à 18%.

Enfin, dans les pays émergents, le pourcentage de démotivation se situe entre 20 et 31% alors qu’en Europe, il varie de 46 à 54%. La question de la motivation des salariés en Europe et plus particulièrement en France est donc réelle.

Une enquête réalisée de manière annuelle par Malakoff Médéric est sur ce point très évocatrice. Un article[1] du journal »Le Monde » du 12 octobre 2017 en reprend les grandes lignes : « 42% des personnes interrogées pour notre étude annuelle « Santé et bien-être des salariés » se disaient très engagés en 2009, elles n’étaient plus que 36% en 2012 et 28% cette année ».

Pourquoi la motivation baisse-t-elle autant en France ?

http://www.focusrh.com/tribunes/pourquoi-cette-chute-de-la-motivation-au-travail-par-philippe-rodet-30242.html