Les entreprises multiplient les accords sur la qualité de vie au travail mais sans toujours remettre à plat leur organisation.

« Mieux vaut santé que fortune », dit un proverbe turc. Elle est effectivement un bien précieux, un capital qui, souvent, n’est préservé qu’après avoir été mis à mal. Il en va ainsi au bureau, où les atteintes à la santé se multiplient. Mais sous un jour nouveau. Jadis, elles étaient surtout physiques. Désormais, elles grignotent le psychisme des individus, engendrant stress et anxiété. La pénibilité mentale devient ce nouveau mal auquel les entreprises s’attaquent de plus en plus. Connue sous l’appellation de « risques psychosociaux », elle fait l’objet de nombreux accords collectifs dans les entreprises, plus ou moins efficaces. Pourtant, les chiffres donnent le tournis.

lire plus:http://www.lejdd.fr/economie/stress-anxiete-comment-mieux-vivre-le-travail-3437843